Accéder au contenu principal

KING CRIMSON - red - 1974

Septième et dernier album de la première période du groupe.

Alors que l'album n'est pas encore sorti, Robert Fripp annonce à ses deux partenaires, John Wetton et Bill Bruford, sur lesquels il s'était déjà beaucoup déchargé lors des séances d'enregistrement, qu'il a décidé de mettre un terme à l'histoire du Roi Cramoisi. Pour faire vite, Fripp s'avouera las d'une vie qu'il voudrait maîtriser davantage et dont l'emploi du temps l'asphyxie psychologiquement.

Et pourtant ce King Crimson là devait annoncer un renouveau stylistique, une "simplification" du propos pour se concentrer sur l'énergie et la puissance sonore - demandée par John Wetton - et qui conduirait inexorablement David Cross vers la sortie, lui qui ne peut plus s'exprimer au violon étouffé qu'il est par le volume sonore du groupe, volume sonore revendiqué sur le verso de la pochette en la présence d'un vu-mètre. Le recto, lui, renonce à toute sophistication cérébrale et affiche les visages des trois membres à l'instar d'un pur groupe de rock, d'un power trio.

Ce côté basique assumé, on le retrouve sur la face A de l'album avec trois pièces emplies d'une redoutable efficacité, et qui, d'aucun l'affirmeront, a influencé Nirvana et ce qui deviendra le courant grunge.

La face B contient deux titres, providence, improvisation live qui pourrait sembler être le pont entre ce qui était un quartette et qui est devenu un trio tant la puissance de celui-ci ne laisse aucune porte accessible à son ex-violoniste.

Et puis il y a starless !! Sarless est, à mon humble avis, un des plus beaux thèmes musicaux jamais écrits, aux côtés du premier trio de Brahms ou des Klavierstücke  D. 946 de Schubert. Tout y est, une voix exceptionnelle, une construction habile, une mélancolie (merci Wetton) que l'on pourrait rapprocher aisément du mouvement romantique du XIXème siècle, tout cela nous amenant à une envolée contrôlée de Ian McDonald, nous délivrant enfin d'une tension gérée par une rythmique serrée sur une note répétée ad libitum par la guitare.

Fripp se retranchera un temps chez des adeptes de Gurdjieff pour construira son beau duo avec Brian Eno, pour enfin revenir, au début des années 80 avec une nouvelle formule de King Crimson.

L'artwork est de John Kosh.


 - Robert Fripp : guitares, mellotron
 - John Wetton : basse, chant
 - Bill Bruford : batterie

 - David Cross : violon
 - Mel Collins : saxophone soprano
 - Ian McDonald : saxophoen alto
 - Robin Miller : hautbois
 - Marc Charig : cornet



EG records
réédition : Discipline Global Mobile



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ATARAXIA - adolescence of an ancient warrior - 1986

Seul album du groupe japonais.



Au milieu des années 80, la musique progressive est en voie de disparition, mais quelques groupes résistent un peu partout en Europe avec la vague néo-progressive.
C'est curieusement au Japon que nous pourrons trouver une scène active et riche sous l'impulsion de Shingo Ueno. En 1981, il crée le label MADE IN JAPAN RECORDS avec peu de succès car l'intérêt du public s'oriente plutôt vers des groupes aux tendances hard ou heavy. C'est donc dans un second temps, au milieu des 80's, avec des groupes comme Outer Limits, Mugen ou Pageant que le label va prendre de l'ampleur et la scène progressive va pouvoir se développer de façon conséquente.
Ataraxia réalise donc son seul album dans cette effervescence créatrice du Japon, avec, il est vrai, des compositions de facture équivalente au néo-progressif anglais, et l'on pense bien évidemment à IQ, d'autant que le chant est en anglais.
Si les compositions sont d'un intérêt ce…

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…